1. Le droit à la mobilité

L'article 27 de la loi 118/71 stipule, entre autres, ce qui suit :

"...les services de transport public et notamment les tramways et les métros doivent être accessibles aux personnes handicapées non ambulatoires..."

Le décret qui a mis en œuvre cette règle remonte à 1978 (décret présidentiel 384/78), auquel il faut ajouter la loi 41/86.
Toutes ces réglementations tendent à faciliter la mobilité des personnes handicapées par leurs propres moyens ou par des moyens publics.

Nous devons ajouter qu'avec la publication du décret du ministère des transports du 18 juillet 1991, tous les autobus, à usage public ou privé, de plus de neuf places utilisés pour le transport conjoint de personnes handicapées et d'autres passagers, y compris ceux utilisés pour le transport scolaire, doivent répondre à certaines prescriptions techniques, telles que permettre l'accès aux personnes non ambulatoires et aux fauteuils roulants.
Les règlements ultérieurs ont dicté des règles dans des domaines spécifiques :

  • Loi 104/92, article 26 - Oblige les régions et les municipalités à assurer la mobilité des personnes handicapées même lorsque les transports publics ne sont pas accessibles.
  • La loi 21/92 stipule que les taxis doivent également être accessibles aux personnes handicapées. Elle oblige les municipalités à réglementer et à définir le nombre minimum de taxis pour le transport des personnes handicapées.
  • Le décret présidentiel 503/96 demande que les transports publics soient équipés des dispositifs permettant de transporter les personnes handicapées en toute sécurité. L'article 24 du décret prévoit l'obligation pour les métros de réserver au moins trois sièges aux personnes ayant des difficultés à marcher, de disposer d'un espace suffisant à l'intérieur d'une voiture pour accueillir un fauteuil roulant, et de faciliter l'accès au métro également par l'installation d'ascenseurs.
  • Décret ministériel 236/89 art. 2, qui recommande l'installation de dispositifs signalant la proximité des sources de danger, notamment pour les aveugles (feux de signalisation sonores), les panneaux en braille pour les ascenseurs et les signaux lumineux pour les sourds et muets.
  • Le service postal italien a commencé à mettre en place des guichets accessibles aux handicapés en application de la D.P.C.M. du 30 janvier 1996 (Charte de qualité du service public postal).

 

2. Voyager

L'ARTICLE 20 DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES traite de la MOBILITÉ PERSONNELLE : "Se déplacer et se déplacer de manière autonome est très important pour les personnes handicapées.
La mobilité personnelle comporte de nombreux aspects : voyager, se déplacer d'un endroit à un autre dans une ville, se déplacer à l'intérieur d'un bâtiment.
Les États doivent faciliter la mobilité des personnes handicapées. Mais ce sont les gens eux-mêmes qui décident de la voie qu'ils préfèrent emprunter. Les personnes handicapées doivent avoir accès à tout ce qui facilite la mobilité".

 

2.1 Voyager en voiture

Les personnes handicapées, ayant des limitations physiques ou sensorielles, peuvent obtenir un permis de conduire spécial pour les catégories A, B, C et D, sous réserve de la vérification des exigences physiques et psychiques effectuée par des "commissions médicales locales" spéciales, instituées auprès de chaque autorité provinciale de la région du Piémont par l'intermédiaire des ASP de la capitale provinciale. Les permis de conduire spéciaux peuvent être limités à la conduite de véhicules de types et caractéristiques particuliers, et avec certaines adaptations prescrites par les commissions médicales locales.

Les limitations et adaptations nécessaires doivent être inscrites sur le permis de conduire. Selon le code de la route, le permis de conduire spécial doit être renouvelé tous les cinq ans. La durée effective peut être plus courte, en fonction du type et du degré de la pathologie du titulaire, qui peut être susceptible de s'aggraver dans un avenir proche.
Pour la personne handicapée qui achète ou adapte un véhicule à son nom (ou au nom d'un membre de sa famille ou d'un enfant fiscalement dépendant), il existe certains avantages fiscaux :

  • l'exemption du paiement de la taxe sur les véhicules à moteur (taxe de circulation) ;
  • TVA à 4% ;
  • la déduction IRPEF de 19% ;
  • exonération de la taxe d'enregistrement à la PRA (sauf pour les aveugles et les sourds → Définitions).

Pour les titulaires de permis de conduire spéciaux qui se sont soumis à un examen en vue du renouvellement de leur permis, les bureaux de la Driver and Vehicle Licensing Agency (DMV) sont autorisés à délivrer un permis de conduire provisoire, qui est valable jusqu'à la conclusion des procédures. En outre, pour ceux qui doivent adapter leur voiture à des fins de conduite ou de transport, il existe une contribution ASP de 20% pour l'adaptation de la voiture.
Les catégories suivantes de personnes handicapées ou les membres de leur famille à leur charge sont éligibles (c'est-à-dire que le revenu annuel brut de la personne handicapée ne doit pas dépasser 2 840,51 €) :

  • les aveugles et les sourds civils (anciennement "sourds-muets") ;
  • les personnes handicapées mentales ou psychiques qui bénéficient d'une allocation d'accompagnement ;
  • les personnes handicapées dont la capacité de marcher est gravement limitée ou qui souffrent de handicaps multiples ;
  • les personnes handicapées dont la mobilité est réduite ou entravée.

 

Facilitation de la circulation et du stationnement des véhicules avec des personnes handicapées à bord.

Conformément à l'article 5 du décret présidentiel 384/78 et du décret présidentiel 503/96, les véhicules transportant des personnes handicapées peuvent stationner et circuler dans les zones à circulation restreinte, dans les voies préférentielles ouvertes aux transports publics et aux taxis, et peuvent stationner dans les zones interdites à condition de ne pas gêner la circulation. Le véhicule doit porter le badge approprié. Délivré par la municipalité de résidence.

En résumé :
  • La marque est valable dans tout le pays (décret du ministère des travaux publics n° 1176/79 art. 2) ;
  • est strictement personnel, n'est pas lié à un véhicule spécifique et est valable pendant cinq ans.
  • Le décret présidentiel 384/78 prévoit des places de stationnement spéciales pour faciliter la mobilité des personnes handicapées. La loi 104/92, art. 28, oblige les municipalités à prévoir des places de stationnement pour les handicapés, tant dans celles gérées directement ou données en concession, que dans celles construites et gérées par des particuliers ;
  • Dans des cas particuliers (rues résidentielles ou places de stationnement des bureaux ou des lieux de travail), la personne handicapée peut demander que le panneau, fourni par la municipalité, indique la plaque d'immatriculation du véhicule utilisé par la personne handicapée elle-même, afin de permettre l'utilisation exclusive de cette place de stationnement particulière (décret ministériel des travaux publics n° 1270/79) ;
  • Les véhicules affichant une carte de stationnement peuvent se garer dans de nombreuses zones qui sont autrement interdites. Le stationnement n'est jamais autorisé, même avec une carte de stationnement, dans les zones suivantes - les voies réservées ; - les zones de présélection ; - les passages piétons zébrés ; - les zones d'arrêt de bus ; - les îlots piétonniers.
  • Les véhicules marqués peuvent également circuler dans des zones fermées à la circulation normale (par exemple, les centres-villes historiques).

La seule restriction est l'interdiction d'utiliser les voies préférentielles réservées aux seuls moyens de transport publics (notamment les véhicules ferroviaires). La circulaire 1030 du 13 juin 1983 du ministère des travaux publics rappelle que si la voie préférentielle est réservée à d'autres catégories (taxis, ramassage des ordures, sécurité, etc.), elle peut également être utilisée par les véhicules portant le marquage de la personne handicapée.

Où postuler

La vignette doit être demandée auprès de la municipalité de résidence (généralement au siège de la police de la circulation).

Qui peut en bénéficier ?

Toutes les personnes handicapées ayant des difficultés de mobilité graves et persistantes et toutes celles qui, en raison de la gravité de leur handicap, ne peuvent accéder de manière autonome aux transports publics, (veuillez vous référer aux dispositions des différentes municipalités).

 

2.2 Le transport urbain

Outre les dispositions du décret présidentiel 384/78, (accessibilité des bus, réservation de sièges dans le métro, etc.), d'autres mesures sont intervenues pour faciliter la mobilité des personnes handicapées par les transports publics. Il convient de rappeler que l'article 26 de la loi 104/92 oblige les régions et les municipalités à assurer la mobilité des personnes handicapées et à compenser l'absence ou le manque de transports publics par des moyens appropriés.
Dans plusieurs municipalités, il existe des tarifs réduits pour les personnes handicapées, ainsi que la possibilité d'utiliser le service de taxi gratuitement ou à un tarif réduit.
Enfin, il convient de noter que le ministère des transports est habilité à homologuer des prototypes d'autobus urbains, suburbains et de taxis accessibles aux personnes handicapées (article 26, paragraphe 5, de la loi 104/92).

 

2.3 Voyager en train

La State Railways a planifié et mis en œuvre diverses initiatives pour faciliter l'utilisation du train par les personnes handicapées. Des centres d'accueil sont en service dans 110 stations. Ces centres sont le point de référence pour les besoins de déplacement des personnes handicapées.

Que pouvez-vous obtenir du centre d'accueil ?
  • Accompagnement et aide depuis l'entrée de la gare jusqu'au train ;
  • Aide et accompagnement pour descendre du train jusqu'à la sortie de la gare ou accompagnement et hébergement dans un éventuel train de correspondance ;
  • Si nécessaire, achat de billets et réservation de places ;
  • La mise à disposition gratuite d'un fauteuil roulant pour les déplacements dans la gare ;
  • La signalisation de la demande de service de rafraîchissement à la place sur les trains équipés d'un wagon restaurant ;
  • Informations sur les services ferroviaires.
Comment obtenir de l'aide ?

Pour utiliser ces services, il est nécessaire d'appeler ou de se rendre dans les centres d'accueil au moins 24 heures avant le départ du train choisi.

En outre, il est conseillé d'arriver à la gare 45 minutes à l'avance afin de bénéficier d'une assistance maximale.

A l'intérieur de la station

Dans de nombreuses gares, les quais et les guichets ont été équipés de glissières pour permettre l'accès des personnes en fauteuil roulant. Dans les gares où les barrières n'ont pas encore été démantelées, le personnel d'assistance est là pour aider en cas de difficultés ou d'obstacles.

Transport de fauteuils roulants

Le transport du fauteuil roulant de la personne handicapée est gratuit. À cet égard, il convient de garder à l'esprit que :

  • les personnes voyageant avec des fauteuils roulants rigides doivent utiliser les wagons prévus à cet effet et marqués du symbole pour les personnes handicapées ; si cela n'est pas possible, trouver la solution la plus appropriée avec le centre d'accueil ;
  • le transport de personnes handicapées avec des fauteuils roulants électriques n'est autorisé que dans les trains équipés de compartiments à bagages.
Dans le train

Si le centre d'accueil est activé, la personne handicapée est amenée dans le wagon à l'aide d'un ascenseur spécial. Dans la composition des trains principaux, il existe une voiture de deuxième classe conçue pour accueillir deux personnes handicapées en fauteuil roulant ou qui doivent voyager en position allongée et deux accompagnateurs. Il incombera au centre d'accueil de départ de prévenir la gare d'arrivée afin d'activer l'assistance nécessaire. En outre, dans les trains équipés d'un service de rafraîchissement, le passager handicapé peut demander une boisson directement à la place occupée, sans majoration du prix catalogue ; pour l'utilisation de ces places et la réservation correspondante, Ferrovie dello Stato recommande de contacter les centres d'accueil.

Carte bleue : comment l'obtenir

La carte bleue est à demander aux guichets des gares ou aux centres d'accueil, sur présentation du certificat attestant la nécessité d'un accompagnement délivré par la commission médicale pour la reconnaissance du handicap civil de l'Autorité sanitaire provinciale.

Ce à quoi il donne droit

Cette carte peut être utilisée pour l'achat d'un billet de train et de tout supplément, valable pour deux personnes, (c'est-à-dire la gratuité du voyage pour la personne accompagnante).

Installations

- Les enfants handicapés âgés de 4 à 12 ans peuvent bénéficier d'un billet réduit 50%.

- Les personnes aveugles. Les personnes ayant une capacité visuelle inférieure à un dixième, dans les deux yeux, (reconnue par le comité spécial de l'ASP) peuvent bénéficier d'une concession spéciale (concession 3) valable pendant cinq ans et pour un voyage avec un accompagnateur uniquement. La concession est organisée par l'Union italienne des aveugles et l'Association italienne des aveugles.

2.4 Voyager en avion

Le transport aérien des personnes handicapées est régi par le règlement européen (CE, 1107/2006).

Le règlement prévoit une assistance obligatoire et gratuite pour tous les passagers à mobilité réduite et s'applique à tous les vols (réguliers, charters, low-cost) :

  • au départ ou en transit dans un aéroport de l'UE (y compris la Norvège, l'Islande et la Suisse) ;
  • au départ d'un aéroport non communautaire vers un aéroport communautaire (y compris la Norvège, l'Islande et la Suisse), uniquement si la compagnie aérienne assurant le vol est communautaire (ou norvégienne, islandaise ou suisse).

En outre, il est important de savoir que l'assistance aux utilisateurs de ce moyen de transport est régie par les règlements spécifiques des compagnies aériennes.

Réception à l'aéroport

Dans certains aéroports italiens, par exemple à Rome Fiumicino, Turin et Milan Malpensa, des services d'information et d'assistance sont actifs. Il s'agit des salons conviviaux, où sont disponibles des télévisions, des crèches, des jeux pour enfants, des téléphones pour sourds, des toilettes sans obstacle, des journaux et magazines également en braille et des sièges spéciaux. Dans tous les autres aéroports italiens, le point de retour pour les personnes handicapées est le comptoir d'enregistrement de l'aéroport de départ.

Fauteuil roulant à l'aéroport et en vol

Dans plusieurs avions, des sièges côté couloir avec accoudoirs rabattables sont disponibles, permettant aux clients handicapés de s'asseoir et de se déplacer plus facilement. La compagnie fournit un fauteuil roulant embarqué pour faciliter les déplacements dans la cabine. Les passagers handicapés en possession de leur propre fauteuil roulant peuvent l'enregistrer gratuitement comme bagage enregistré. Sur demande, s'il y a de la place, le fauteuil peut également être transporté en cabine.

Oxygénothérapie et brancardage à bord

Ce service, qui n'est disponible que sur certains avions, doit être réservé au moins 48 heures avant le départ et est soumis à un supplément. Dans certains cas, la présence d'un accompagnateur qui subvient aux besoins personnels de la personne assistée pendant toutes les phases du voyage est obligatoire.

Chiens d'aveugle

Les chiens d'aveugle peuvent voyager en soute avec une niche spéciale ou, dans la limite des places disponibles, en cabine, à condition qu'ils soient muselés et tenus en laisse. Le transport des chiens d'aveugle est gratuit et n'est pas soumis aux limites de poids des animaux. Le passager doit demander la disponibilité d'un espace pour son chien lors de la réservation de son vol et doit également fournir l'équipement nécessaire au voyage de l'animal (muselière, chenil, etc.).

Déjeuner à bord

Dans certains cas, si les voyageurs ont des exigences alimentaires spécifiques, ils peuvent réserver des repas spéciaux, disponibles sur tous les vols.
des vols internationaux d'au moins 3 heures. Dans ce cas, ces exigences doivent être indiquées au moment de la réservation ou dans les 24 heures précédant le départ.
Tous les clients nécessitant une assistance spéciale doivent remplir et remettre le formulaire d'information médicale (Medif), qui constitue l'autorisation médicale, à l'enregistrement, au plus tôt 7 jours avant le départ.
Le décret législatif n° 24 du 24 février 2009 définit les obligations des opérateurs aéroportuaires et des compagnies aériennes. Outre l'interdiction de refuser l'embarquement ou la réservation d'un vol pour cause de handicap ou de mobilité réduite, voici un résumé des dispositions les plus importantes :

  • les informations destinées aux passagers handicapés doivent être présentées dans un format accessible, qu'il s'agisse des règles de sécurité ou de toute restriction en matière de transport ;
  • après le départ, vous devez informer les opérateurs de l'aéroport de destination de la présence d'une personne handicapée à bord et de l'assistance nécessaire à l'arrivée ;
  • les informations dans les terminaux doivent être claires pour les personnes handicapées et chaque avion doit disposer d'un personnel adapté pour fournir une assistance ; en outre, tous les aéroports dont le trafic annuel de passagers est supérieur à 150 000 doivent sélectionner et rendre publiques les normes de qualité de l'assistance.

2.5 Voyager en bateau

Les passagers à mobilité réduite ont droit à une assistance gratuite lors de l'embarquement et du débarquement, lors du changement de navire, à bord ou dans la zone portuaire. Pour obtenir le meilleur service possible, vous devez contacter le transporteur, le guichet et/ou le voyagiste au moins 48 heures avant le voyage et préciser le type d'assistance requis. Même si cela n'a pas été fait, le transporteur et l'exploitant du terminal sont tenus de faire tout leur possible pour aider le passager lors de l'embarquement et du débarquement et pendant le voyage. Si vous avez des besoins particuliers en matière d'hébergement, d'attribution des sièges ou d'assistance, c'est-à-dire si vous devez apporter du matériel médical, vous devez en informer le guichet au moment de la réservation. Les transporteurs peuvent demander au passager d'être accompagné par une autre personne si cela est nécessaire pour des raisons de sécurité liées à la conformation du navire et/ou des installations portuaires : dans ce cas, l'accompagnateur voyage gratuitement. Si le voyageur rencontre des difficultés à exercer ses droits ou à obtenir une assistance pendant le voyage, il doit en informer les autorités portuaires ou le transporteur avec lequel il voyage.

2.6 Voyager en autocar

Une personne handicapée a le droit de voyager même si elle utilise l'autocar comme moyen de transport. En effet, on ne peut pas les empêcher d'acheter un billet, de faire une réservation ou de monter à bord d'un autocar en raison de leur mobilité réduite, sauf si cela est absolument nécessaire pour respecter les règles de santé et de sécurité ou si l'infrastructure n'est pas de nature à garantir un transport sûr.

Pour les trajets de longue distance (plus de 250 km) :

  • la société de transport doit permettre à une personne de votre choix de voyager gratuitement - si cela résout des problèmes de santé et de sécurité qui vous empêcheraient autrement de voyager ;
  • vous avez droit à une assistance et à monter et descendre du bus.

L'assistance est gratuite, mais pour être sûr de l'obtenir, vous devez contacter la compagnie de transport, le guichet ou le tour-opérateur au moins 36 heures avant votre voyage et préciser l'aide dont vous avez besoin. L'opérateur ou le gestionnaire du terminal peut vous demander de vous présenter à un point désigné une heure avant le départ prévu. Si vous avez des difficultés à obtenir une assistance pendant votre voyage, vous devez en informer l'opérateur du terminal ou la compagnie de transport avec laquelle vous voyagez.

 

Sitographie

http://sicilia.agenziaentrate.it

http://www.enac.gov.it/I_Diritti_dei_Passeggeri/

http://www.governo.it/

http://www.aci.it/i-servizi/per-la-mobilita

http://www.up.aci.it/

http://www.trenitalia.com

http://www.ioconsumatore.eu/

http://europa.eu/youreurope/citizens/travel

fr_FRFrançais